Cristel Sassonia

Cristel Sassonia

Après un parcours professionnel varié, mais avec une âme artistique enfouie depuis l'adolescence, je commence la photo en 2016 à 43 ans. 

Pourquoi ?  

Douleurs et révoltes intérieures ...solitudes à combler, à dompter...désir de créer...de vivre ...la photo s'est alors imposée d'elle même et est devenue passionnelle, envahissant chaque minute de ma vie...Il n'y a pas de hasard...

Autodidacte, j'ai apprivoisé mon Canon fonction par fonction, et dès le début je voulais avoir mon univers et avoir ce quelque chose de différent qui rend unique.

  Je me suis très vite tournée vers l'urbex, car palpitant et captivant,  découvrir des endroits où le temps s’est arrêté et la nature qui reprend ses droits ; puis des rencontres photographiques m'ont très vite fait évoluer vers la photo de rue, du noir & blanc très contrasté, au style « vieille photo collodion » .

Je m'essaie à l'architecture parfois à la macro, mais je me moque du « beau », de telle ou telle technique, je recherche l'originalité, le différent, l'invisible, l'étrange, vois le beau dans le tordu, le cassé, le mystérieux, l'atypique,  le bizarre.... avec toujours ce côté sombre, souvent très texturé qui ressort dans mes créations.

   Le travail de ma photo est tout aussi important que la prise en elle-même, j'ai besoin d'être dans ce processus de création . Chaque « œuvre » doit créer de l'émotion, raconter une histoire et non pas juste restituer et embellir la réalité. J’aime les rendus tableaux, tels des dessins ou peintures.

 

Deux citations que j'affectionne :

 

« Il faut aimer la solitude pour être photographe. » - (Raymond Depardon)

« On ne peut être vraiment soi qu'aussi longtemps qu'on est seul ; qui n'aime donc pas la solitude n'aime pas la liberté, car on n'est libre qu'étant seul. » - (A. Schopenhauer)

Cristel Sassonia